Earliest African evidence of carcass processing and consumption in cave at 700 ka, Casablanca, Morocco

Scientific Reports, 2020

ABSTRACT

To date, in Africa, evidence for animal processing and consumption in caves routinely used as living spaces is only documented in the late Middle Pleistocene of the North and South of the continent and postdates the Middle Pleistocene in East Africa. Here we report the earliest evidence in a North-African cave (Grotte des Rhinocéros at Casablanca, Morocco) of cut, percussion and human gnawing marks on faunal remains directly associated with lithic knapping activities in the same space and in a well-documented stratified context. Ages for this Acheulean site are provided by the dating of herbivorous teeth to 690-720 ka and 520-550 ka (lower and upper sets) by combined Electron Spin Resonance (ESR) and U-series techniques. Traces of butchery on gazelle, alcelaphin, and zebra bones demonstrate that hominins had primary access to herbivore carcasses. Hominins brought and consumed meat in the cave, as documented by herbivore bones bearing human tooth marks concentrated in a circumscribed area of the excavation. In Africa, this site provides the earliest evidence for in situ carcass processing and meat-eating in cave, directly associated with lithic production and demonstrates the recurrent use by early Middle Pleistocene hominins of a North African cave site 400 000 years before that by Homo sapiens at Jebel Irhoud (Morocco).

Read the article : www.nature.com/articles/s41598-020-61580-4

Voir l'actualité sur le site de l'INEE-CNRS

LABORATOIRE MOBILISE

Les membres du Conseil d’Unité d’ASM, réunis le mercredi 26 février 2020, expriment leur inquiétude face aux orientations annoncées pour la LPPR et rappellent que l’analyse de la consultation menée par l’Etat en 2019 avait montré que la communauté scientifique dans son ensemble avait besoin de postes statuaires et de financements pérennes récurrents pour conserver son niveau d’excellence, et non d’un recours accru à des contrats précaires et à des financements sur projet. Ils rappellent également que l’enseignement universitaire et la recherche sont indissociables et passent par la préservation du service statutaire national pour les enseignants-chercheurs.

Cette motion est adoptée à l’unanimité.

Le colloque Eaux sales, eaux troubles, eaux de ruissellement : la gestion des eaux indésirables dans le monde romain, organisé par Jean-Baptiste Lebret ( Université Montpellier 3, ASM) et Sandrine Agusta-Boularot (Université Montpellier 3, ASM ) avec le soutien du Labex ARCHIMEDE, de l'université Montpellier 3 et du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM) - UMR 5140 aura lieu du 15 au 16 octobre 2020 à Montpellier.
 
L'appel à communication est ouvert jusqu'au 22 avril 2020.
 
 
Contact : Jean-Baptiste Lebret, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Le laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (Séverine Sanz-Laliberté, Jérôme Gonzalez, Isabelle Régen, Stéphanie Porcier) a participé à la création du roman interactif « Les aventures d’Arthur et Eugénie, la tombe du pharaon oublié », premier tome d’une collection innovante qui plonge les jeunes lecteurs (à partir de 10 ans) dans les aventures de deux étudiants en civilisation ancienne et apprentis archéologues à la fin du 19e siècle.