Des crocodiles sauvages chassés pour confectionner des momies en Égypte à l’époque romaine : des éléments de preuve apportés par l’imagerie synchrotron

 

 

Comment les anciens Égyptiens s’approvisionnaient-ils en cadavres d’animaux nécessaires à la confection des innombrables et aujourd’hui si populaires « momies votives » de chats, chiens, ibis ou crocodiles ? On savait déjà que nombre de ces animaux provenaient d’élevages spécifiques ou de ramassages de charognes. Dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire MAHES (Momies Animales et Humaines EgyptienneS) actuellement financé par le LabEx ARCHIMEDE, une équipe regroupant des chercheurs de l’Université Montpellier 3, du laboratoire CNRS « Archéologie des sociétés méditerranéennes » (UMR 5140), du Synchrotron Européen de Grenoble (ESRF), de l’American University in Cairo, du laboratoire CNRS HiSoMA et du musée des Confluences à Lyon, renouvelle nos connaissances des pratiques rituelles dont ces momies animales étaient les objets.

JAS Porcier

Fig. 1 : Photo et rendu 3D de la momie de crocodile MHNL 90001591. Rendu 3D montrant une partie du contenu stomacal du crocodile ainsi que la fracture crânienne létale (© ESRF/Programme MAHES).

 

Pour la première fois au monde, les chercheurs du programme MAHES ont analysé à la lumière synchrotron, une momie de crocodile provenant de Kom Ombo (Haute Egypte) et vieille de plus de 2000 ans. Grâce à cette technologie de pointe, l’autopsie virtuelle de l’animal a pu être réalisée sans endommager l’objet conservé au musée des Confluences (os, chair, baumes, textiles de lin), et a notamment permis de déterminer la cause du décès et la composition du dernier repas du saurien. Ainsi, les chercheurs ont finalement mis en évidence que ce jeune crocodile de 3 ou 4 ans avait été chassé alors qu’il vivait à l’état sauvage puis avait été rapidement momifié.

Il s’agit là du premier cas avéré pour ce mode d’approvisionnement en cadavres d’animaux destinés à la production de momies. Cette recherche, publiée en septembre 2019 dans la revue scientifique américaine Journal of Archaeological Science, ouvre de nouvelles perspectives concernant les pratiques liées à la momification des animaux en Égypte ancienne, pratiques qui s’avèrent être bien plus diverses que ce que considérait l’égyptologie jusqu’à présent. Plus globalement, elle démontre aussi, encore une fois, la pertinence et l’importance de tels travaux interdisciplinaires dans le domaine de l’archéologie, cela à la faveur d’un dialogue fructueux entre Sciences et Sciences humaines, deux « cultures » traditionnellement séparées.

D’autres résultats inattendus issus des recherches du programme MAHES sont à paraître dans les mois à venir.

Référence : Porcier, St., Berruyer, C., Pasquali, St., Ikram, S., Berthet, D., Tafforeau, P. 2019. Wild crocodiles hunted to make mummies in Roman Egypt: Evidence from synchrotron imaging. Journal of Archaeological Science 110. https://doi.org/10.​1016/​j.​jas.​2019.​105009

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0305440319300950

Financement : Cette recherche a été réalisée dans le cadre du programme MAHES (Momies Animales et Humaines EgyptienneS) financé par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme "Investissement d’Avenir" program ANR-11-LABX-0032-01 LabEx ARCHIMEDE, et par le Synchrotron Européen de Grenoble (ESRF-CFR-423).

Contacts scientifiques :

Stéphanie Porcier : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Stéphane Pasquali : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans le cadre des journées du patrimoine Sandrine Augusta-Boularot, professeure d'archéologie à l'Université Paul Valéry-Montpellier 3, du laboratoire ASM, propose une visite guidée du site historique de Château Bas, Vernègues à 10h30. A 11H30 le film, réalisé par Edikom, sera diffusé, suivi d'un apéritif.

Merci de confirmer votre présence avant le 18 septembre. Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 04 90 59 13 16.

Visionner le film sur notre chaîne Canal Archéo

Architecture et construction en terre crue. Approches historiques, sociologiques et économiques.

5èmes échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue
Table ronde internationale du 23 au 24 octobre 2019
ENSAM-Montpellier

 Voir le programme

La table ronde aborde des problématiques sociales, sociétales, géographiques, économiques et historiques liées à la construction en terre.

L'équipe Archéologie des Milieux et des Ressources vous convie à une présentation et un moment d'échange scientifique autour de la géoarchéologie d'une basse plaine languedocienne. Le rendez-vous est au laboratoire ASM site Saint Charles dans la salle de réunion 202, 2è étage, le vendredi 7 juin à 14h00.

Christophe Jorda nous présentera la fouille du Pouget à Lavérune en 2012 (I. Rémy Dir.) qui a révélé 8000 ans d'occupations humaines en bordure de plaine alluviale en contexte de garrigues. Alors que l'approche géomorphologique a montré l'évolution morphosédimentaire particulière de cette zone depuis le littoral jusqu'au pied des Causses, l'approche géoarchéologique a permis, elle, de mieux comprendre les conditions d'implantation humaine depuis le Mésolithique et d'envisager dans la diachronie les modes de peuplement entre plaine littorale et garrigues.