Documents d'Archéologie Méridionale, volume 38

Au sommaire de ce numéro :
 

VARIA

  • ƒ Hommage à Georges Marchand (1951-2014).

  • ƒƒJean GUILAINE, Florence CATTIN
    Huit objets de cuivre et de bronze du piémont pyrénéen oriental : analyse croisée typologique et métallique

  • Bernard DEDET, Éric DURAND
    Sépultures et pratiques funéraires en Ardèche méridionale au Bronze final III et au premier âge du Fer

  • Sébastien PANCIN, Fabrice PONS
    Une nouvelle nécropole protohistorique à incinération dans la vallée de la Garonne : la nécropole d’Aouïdas à Saint-Martory (Haute-Garonne)

  • Virginie ROPIOT, Carmen MACHADO, Claude PÈPE
    Des fours à pierres chauffées du premier âge du Fer sur le site de Bastide Neuve III à Velaux (Bouches-du-Rhône)

  • Jean-Claude ROUX, Gilles ESCALLON
    L’éperon barré du Rocher du Causse, Claret, Hérault (VIe-Ve s. av. n. è.) : un enclos pastoral ?

  • Thierry LEJARS, Georges MARCHAND, Martine SCHWALLER
    Le casque laténien en fer d’Ensérune (Hérault)

  •  Laurent SAVARESE, Jérôme BÉNÉZET
    Observations sur les techniques de production des doliums préromains de Ruscino, (Perpignan, Pyrénées-Orientales) et leur diffusion régionale (IIIe s. et début du IIe s. av. n. è.)

 

ANNÉE DE PUBLICATION : 2016
ISBN : 2-908774-27-5
EAN : 9782908774276
ISSN : 0184-1068

Nombre de pages : 250p.

Prix : 25 €

Editeur : ADAM éditions

 

 

Hors Série n° 7 des Monographies d’Archéologie Méridionale, Vie quotidienne, tombes et symboles des sociétés protohistoriques de Méditerranée nord-occidentale

Ces deux volumes de mélanges offerts à Bernard Dedet sont destinés à honorer le travail pionnier de ce chercheur au cours de sa carrière de protohistorien. Cet ouvrage, préfacé par Jean Guilaine, professeur au Collège de France, s’organise selon quatre axes de recherche que la réflexion de Bernard Dedet a marqués par son approche pluridisciplinaire en croisant les données de l’archéologie avec celles de l’ethnographie et de l’histoire.
Les articles illustrant le thème de l’habitat et la vie domestique abordent ces sujets à travers des analyses fonctionnelles et formelles, avec une attention particulière vis-à-vis de l’architecture et des témoignages de la vie quotidienne. Dans une optique plus large, plusieurs auteurs examinent l’organisation de territoires sous l’angle de la répartition spatiale et des représentations sociales débouchant sur des approches locales du peuplement ainsi que les relations entre indigènes gaulois et colons grecs à partir de sa lecture des textes antiques.
Les pratiques funéraires, les attitudes devant la mort, les signes d’actions cultuelles et symboliques, rassemblent ici 14 articles. Ils s’intéressent à la genèse de la recherche sur les nécropoles et se concentrent sur les rites qui accompagnent la mort : traitement du corps, modalités de dépôt, architecture des sépultures et organisation des sites funéraires. Quelques contributions présentent des lieux spécialement aménagés et s’interrogent sur le sens à donner à certains dépôts, armes, têtes coupées notamment. Un article méthodologique porte sur la collecte des restes osseux sur les lieux de crémation. 
Enfin, le chapitre intitulé « faciès matériels » est consacré à la définition des identités culturelles. Il réunit 9 études qui analysent la production et les parcours de diffusion de séries d’objets (céramiques, métalliques, amphoriques), ainsi que leur production et leur signification dans leurs contextes de découverte.
Le domaine géographique de ces ouvrages couvre non seulement la Protohistoire du Sud la France, mais s’étend le long de la Méditerranée, depuis la Catalogne et la région de Murcie d’un côté, et la Ligurie de l’autre.

Hors Série n° 7 des Monographies d’Archéologie Méridionale, Vie quotidienne, tombes et symboles des sociétés protohistoriques de Méditerranée nord-occidentale, 2 volumes, 2016.
ISSN : 2111-7411
ISBN : 978-2-912369-34-5
Prix : 45 €

Un espace rural antique dans le territoire de la cité de Béziers

sous la direction de Cécile JUNG et Valérie BEL

 

La campagne gallo-romaine est bien souvent abordée au travers des fermes et villas qui la parsèment. C’est essentiellement sur ce corpus que s’appuie notre connaissance sur la dynamique et la répartition du peuplement, les productions agricoles ou le statut social des habitants de ce monde rural. Cependant, d’autres vestiges peuvent également éclairer ces problématiques, comme l’opération d’archéologie préventive menée par l’Inrap s’y attèle tout au long de cet ouvrage.

Les dix hectares fouillés sur la commune de Valros livrent en effet des données originales qui illustrent avec force la propriété d’un notable de haut rang issu d’une grande famille de la cité de Béziers, sans pour autant livrer le centre domanial.

Les nombreux témoins d’activités agraires constitués par des chemins, des champs de vignes, vergers et cultures annuelles font l’objet d’une analyse détaillée. Les études archéologiques et paléo-environnementales permettent de restituer le paysage cultural antique. Par ailleurs, une approche archéo-géographique met en perspective cet espace fortement structuré avec un aménagement territorial plus vaste, celui de la centuriation de Béziers.

Un ensemble architectural à vocation funéraire s’inscrit au sein de ce parcellaire. Une épitaphe nous dévoile le nom et le statut de la personne qui y a été honorée. Il s’agit d’une flaminique nommée Oppia, qui devait probablement officier à Béziers, chef-lieu de cité voisin. Deux tombes de jeunes enfants richement parés témoignent également de la position sociale élevée des individus retrouvés dans ce complexe funéraire. Par ailleurs, des indices permettant d’associer à cet ensemble un lieu de culte donnent à ce site un caractère inédit.

Enfin, une nécropole d’esclaves et de dépendants située au carrefour de chemins illustre aussi la présence et l’importance de ce vaste domaine. L’identification de cette population particulière s’appuie à la fois sur des données archéologiques et anthropologiques dont l’exploitation très poussée montre les spécificités dans le recrutement, les rites funéraires ou les pathologies identifiées.

L’ensemble de ces éléments rend les découvertes faites à Valros très atypiques et inédites à l’échelle régionale, voire nationale.

 

ISSN : 0153-9124
ISBN : 979-10-92655-06-3
EAN : 9791092655063

Prix : 40 €

Les ports dans l’espace méditerranéen antique : Narbonne et les systèmes portuaires fluvio-lagunaires

Cette publication s’inscrit dans un fort dynamisme de recherches sur les ports antiques développées grâce à des approches interdisciplinaires menées dans les milieux fluvio-lagunaires, restés longtemps peu explorés. Le port antique est ici pris en compte dans toute sa complexité : ce lieu d’échanges, qui est le lien entre la mer et l’intérieur des terres, est soumis à des contraintes et à des modifications environnementales. Il se présente comme un espace d’étude privilégié sur les interactions hommes/milieu nécessitant des programmes de recherche ambitieux. La notion de système portuaire est maintes fois évoquée, ce concept prenant en compte les lieux de rupture de charge et surtout des infrastructures à l’échelle d’un territoire. Malgré les contraintes liées à ces milieux portuaires (navigabilité, mobilités des fleuves et du littoral), les sociétés anciennes ont géré et mis en valeur de vastes espaces afin de relever l’enjeu économique que représentait un port. 
Les sources littéraires, l’étude des épaves, l’exploration des espaces portuaires, les approches paléoenvironnementales sont ici sollicitées pour mieux comprendre ces espaces portuaires dont la construction et l’exploitation ont permis des innovations techniques et un développement sans précédent des échanges à l’époque romaine. Pour rendre compte de l’actualité des recherches en cours et de la richesse des thématiques soulevées par l’étude des ports, l’ouvrage se compose en trois parties : la première expose les travaux récents concernant le système portuaire de Narbonne antique ; la deuxième rassemble plusieurs synthèses sur des ports fluvio-lagunaires et fluvio-maritimes ; la troisième présente différentes approches géomorphologiques et paléoenvironnementales.
Cet ouvrage, réunissant vingt-six contributions, constitue une base de réflexion pour la poursuite des recherches sur les ports antiques.

Le colloque tenu en 2014 à Montpellier et le présent volume ont été coordonnés par Corinne Sanchez (CNRS) et Marie-Pierre Jézégou (DRASSM) rattachées à l’équipe Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140, CNRS, Université Paul Valéry de Montpellier, MCC).

Ce travail a bénéficié du soutien de la Région Languedoc-Roussillon, du Centre national de la recherche scientifique, du Ministère de la Culture et de la Communication (sous-direction de l’archéologie, Direction régionale des affaires culturelles de Languedoc-Roussillon et Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines), des éditions de la la Revue archéologique de Narbonnaise, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives et du Labex ARCHIMEDE au titre du programme " Investissement d’Avenir " ANR-11-LABX-0032-01.

Supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise n° 44 : Corinne SANCHEZ, Marie-Pierre JÉZÉGOU, LES PORTS DANS L’ESPACE MEDITERRANÉEN ANTIQUE : NARBONNE ET LES SYSTÈMES PORTUAIRES FLUVIO-LAGUNAIRES

Année de publication : 2016
Nombre de pages : 408 p.
ISSN 0153-9124
ISBN 979-10-92655-05-6
Prix : 35 €

Editeur : Presses Universitaires de la Méditerranée

Le fer romain de la montagne noire ; Martys 2 : les débuts

Ce livre fait suite à Martys 1, paru en 1993. Il concerne les débuts (Ier s. a.C.) du grand centre sidérurgique romain situé dans le domaine des Forges (Les Martys, Aude), au cœur de la Montagne Noire.

La première partie présente les résultats des dernières fouilles archéologiques (1988-1995) exécutées dans deux sites majeurs du domaine : d’une part, Monrouch, un secteur en grande partie conservé intact depuis l’Antiquité, et dont la fouille a mis au jour une batterie de six bas fourneaux de réduction du type classique des Martys, encore pourvus, au moins partiellement, de leur système de ventilation, ainsi qu’une construction annexe, en bois et en terre ; d’autre part, le Grand Ferrier, qui, progressivement détruit par l’exploitation moderne des scories, n’offrait plus à la fouille que de rares lambeaux de terrain encore en place : on y a découvert, outre plusieurs foyers d’épuration, un ensemble désordonné de bas fourneaux, parmi lesquels un unique exemplaire de petit module, dont on a essayé de comprendre la signification face à plusieurs autres du type classique. L’étude des mobiliers (céramiques, amphores, monnaies) a permis de distinguer les phases successives de ces premiers moments du site et montré l’enracinement de la communauté des sidérurgistes dans la culture italique. Enfin les prospections effectuées autour des Martys ont révélé une forte densité d’ateliers sidérurgiques, dont l’organisation et la production font l’objet d’hypothèses.

La deuxième partie est consacrée à l’archéométrie. Recueillis au cours des fouilles, quelques objets en fer et de nombreux échantillons (minerais, scories, déchets divers, éléments de bas fourneaux, sols d’ateliers, etc.) ont été examinés en laboratoire, à l’aide de techniques souvent de pointe. En particulier la caractérisation chimique du fer des Martys a conduit les archéomètres à identifier la présence de ce fer dans les cargaisons de plusieurs épaves (Ier s. a.C. et Ier s. p.C.) au large des Saintes-Maries-de-la-Mer, apportant ainsi de solides arguments à la réalité de sa diffusion.

La troisième partie constitue le compte rendu des expérimentations, dont l’objectif était de comprendre par la pratique comment fonctionnaient ateliers et bas fourneaux, afin de pouvoir un jour fabriquer du fer dans les conditions d’il y a 2 000 ans, et justifier ainsi une production évaluée à 110 000 tonnes pendant trois siècles.

ANNÉE DE PUBLICATION : 2016
ISBN : 979-10-92655-03-2
ISSN : 0153-9124
Nombre de pages : 560 p.
Editeur : Presses Universitaires de la Méditerranée 

 

 

 

Au sommaire de ce numéro :

  • Une inscription inédite de Fos-sur-Mer : la (vraisemblable) dédicace d’un nauclerus à la divinité tutélaire et au Génie de negotiantes subaediani
    Cyril Courrier
  • Un atelier de potiers du Ier s. ap. J.‑C. dans le quartier antique de Villa Roma à Nîmes (Gard).
    Sébastien Barberan, Adrien Malignas, Martial Monteil, Benjamin Gehres, Guirec Querré
  • Une triade gallo-romaine figurée inédite à Nîmes : témoignage d’un culte chez des artisans.
    Marilyne Bovagne, Jean-Yves Breuil, Bertrand Houix, Richard Pellé, avec la collaboration de Nathalie Chardenon, Yoann Pascal
  • Note complémentaire sur l’enceinte du castrum des Arènes de Nîmes.
    Richard Pellé
  • Les ouvrages hydrauliques souterrains de « Mazeran » et du « Garissou » (Béziers, 34) : des qanàts romains en Gaule Narbonnaise.
    Roland Haurillon, avec la collaboration de Laurent Bruxelles, Mona Court-Picon, Isabel Figueiral, Vianney Forrest, Olivier Ginouvez, Céline Pallier, Edwige Pons-Branchu, Pierre Rascalou, Christophe Tardy
  • Une intaille inscrite découverte sur le territoire de la cité de Béziers (34). Enquête iconographique et épigraphique
    Stéphanie Raux, avec la collaboration de Hervé Pomarèdes
  • A propos de trois ombrelles antiques en contexte funéraire dans la vallée du Rhône.
    Jean-Claude Béal avec la collaboration de Valérie Bel, Christine Bonnet
  • L’enclos funéraire de Torre di Cimella à Cimiez (Nice). La céramique et le verre.
    Emmanuel Pellegrino, Danièle Foy
  • Inscriptions latines nouvelles ou révisées de Vaison-la-Romaine et de ses environs
    Bernard Rémy, Nicolas Mathieu, Patrice Faure, Joël-Claude Meffre, avec la collaboration de Benoît Rossignol
  • Chroniques Оpigraphiques. 
    Benoît Rossignol

 
ANNÉE DE PUBLICATION : 2015
ISBN : 979-10-92655-04-9
EAN : 9791092655049
ISSN : 0557-7705

Nombre de pages :278 p.
prix : 40 €

Commandez cet ouvrage directement sur le site des Presses Universitaires de la Méditerranée