Le site de Las Cravieros (Fanjeaux, Aude)

Le site archéologique de Las Cravieros, sur la commune de Fanjeaux, dans l’Aude, correspond à l’emplacement d’un groupement de potiers en activité lors de la fin du IVe siècle et au Ve siècle ap. J.-C.  Sa découverte remonte en 1976, suite à des défonçages agricoles pour une vigne. Mademoiselle Monique Lamache, avec l’accord des propriétaires des terrains et de la mairie, va alors recueillir pendant plusieurs années le mobilier de ce site. Malheureusement pour la communauté scientifique,  le site et le mobilier collecté vont rester inconnus.

Exemples de céramiques trouvées sur le siteEn 1988, Dominique Baudreu, Michel Briol, Jean-Paul Cazes et Michel Passelac font connaitre ce site à la communauté scientifique et au S.R.A. de Montpellier par l’intermédiaire d’une fiche signalétique succincte. En 2009, une notice est rédigée pour la Carte Archéologique de l'Aude  (Ournac et al. 2009, 288), mais une approche exhaustive de la production n'a été rendue possible que par l'entrée de la collection Lamache au dépôt archéologique de Bram, en 2011.

L'inventaire exhaustif de ce mobilier, mené par Benoit Favennec dans le cadre de sa thèse sur les ateliers de potiers de l’Antiquité tardive en Gaule (Favennec 2016) et par Michel Passelac, a commencé entre 2012 et 2013. L’étude d’environ la moitié des tessons de la collection Lamache et d’environ un quart des poinçons a été publiée en décembre 2014 dans les actes du congrès de la Société Française d’Etude des Céramiques Antiques en Gaule (Favennec et Passelac 2014). L’importance du site, à l’échelle régionale et même nationale, y est en particulier démontrée. En effet, les potiers de Las Cravieros se singularisent de leurs contemporains par une vaisselle de très bonne qualité, par le plus important volume céramique connu à l’heure actuelle pour un atelier de cette période, ainsi que par les méthodes décoratives utilisées. Il y a notamment le plus grand corpus de poinçons recensés pour un atelier (plus de 120, soit le quadruple des plus importantes références connues à ce jour).

 

LasCravieros poinconArceau Vignette poinçon en forme de Colonette

LasCravieros poinconGeometrique Vignette

 

Sur le terrain, les vestiges de Las Cravièros ne sont connus que par des prospections de surface. Ils correspondent notamment à des concentrations de sédiments cendreux et charbonneux, où se mêlent  de nombreuses mottes de torchis, appartenant à l’architecture de fours ainsi que de très nombreux tessons. Un nombre notable de ces derniers sont d’ailleurs des rebuts de production caractéristiques. D’autres marqueurs de la présence des potiers sont une récurrence inhabituelle de certaines formes par rapport aux contextes de consommation et la répétition des mêmes poinçons que ce soit sur des céramiques au profil identique ou sur d’autres de forme différents. Enfin, la découverte d'une crapaudine de tour lors d’une prospection récente confirme aussi clairement la fonction du site.

 

LasCravieros poinconPalmette Vignette LasCravieros poinconS Vignette

LasCravieros poinconRouelle Vignette

vaisselle

vaisselle2

Cuisine

 

 

La campagne de cette année, dirigée par B. Favennec, chercheur associé à ASM-UMR5140, avec la collaboration de M. Passelac, chercheur au CNRS en retraite, associé à ASM-UMR5140, et l’aide du Laboratoire d’Archéologie du Lauragais  (https://archeologiedulauragais.wordpress.com) bénéficie d’une subvention de la région Occitanie, du Ministère de la Culture, de la mairie de Fanjeaux et de l'ADREUC. Elle aura pour but de vérifier des hypothèses d’organisation et surtout documenter enfin les structures et les niveaux de cet atelier majeur du sud de la France. Le stage aura également pour objectif de continuer à approfondir notre connaissance de la production céramique qui était notamment vendue jusqu’au littoral méditerranéen. Les résultats seront ensuite présentés à la communauté scientifique par l’intermédiaire d’articles dans des revues spécialisés à l’échelle locale et de l’ensemble du territoire français, mais aussi aux amateurs éclairés et au grand public par l’intermédiaire des conférences organisées par le Laboratoire d’Archéologie du Lauragais