Soutenance de thèse de Simon Thuault

Created By Visited 574 times
Soutenance de thèse de Simon Thuault
eventmap
Date : 01/12/2017
End date : 01/12/2017
Hour : 14:30 to 17:30
Agenda du labo
Site de St Charles

Soutenance de thèse

"La dissimilation graphique dans les textes égyptiens de l'Ancien Empire. Essai de grammatologie cognitive"

sous la direction de Bernard Mathieu (Maître de Conférence, HDR, Equipe ENiM)

Cette soutenance aura lieu le Vendredi 1er Décembre, à 14h30, en Salle des Colloques 2 (site Saint-Charles 1).

Le jury sera composé de :
Mme Orly Goldwasser, Professeur, université hébraïque de Jérusalem
M. Frank Kammerzell, Professeur, université Humboldt (Berlin)
Mme Sylvie Donnat, Maître de Conférences, université de Strasbourg
M. Bernard Mathieu, Maître de Conférences HDR, université Paul Valéry Montpellier 3 (DR)

 
Résumé :

La « dissimilation graphique » est une particularité récurrente des écritures égyptiennes, en particulier à l’Ancien Empire (IIIe-VIe
dynasties, env. 2700/2150 av. J. C.). À cette époque, la pluralité (aussi bien grammaticale que lexicale) était indiquée par le
triplement des sémogrammes, signes investis d’une valeur sémantique et censés permettre la compréhension des lexèmes. De ce
fait, si les idéogrammes et classificateurs étaient d’ordinaire répétés trois fois à l’identique, la « dissimilation » désigne les
occurrences dans lesquelles ces trois signes sont distincts. Par exemple, si un mot comme bAk.w, « serviteurs », est
traditionnellement accompagné de trois hommes assis, l’un d’entre eux pourra être remplacé par une femme en cas de dissimilation.
De même, si mHy.t, « poissons », comprend habituellement trois poissons de même espèce, sa version dissimilée offrira trois
espèces différentes. Cette thèse se donne pour objectif d’analyser de façon systématique la dissimilation graphique, majoritairement
attestée dans les inscriptions hiéroglyphes des tombes royales et privées, mais également dans certains documents hiératiques. À
travers cette étude, les raisons supposées de l’existence de la dissimilation graphique sont exposées. En conséquence, la
classification égyptienne se voit placée sous de nouveaux éclairages. De plus, par l’examen d’un nombre important de textes
égyptiens de l’Ancien Empire, de nouvelles analyses des fonctions des signes qui les composent seront proposées afin d’éclaircir
certaines zones d’ombres de la linguistique égyptologique.

 

Abstract:

The peculiarity called “dissimilation graphique” is recurrent in Egyptian writing systems, particularly during Old Kingdom (Dyn.
III-VI, ca. 2700-2150 BC). At this time, plurality (grammatical and lexical) is indicated by the threefold of semograms, signs that
have a semantic value and allow to understand the lexemes. Thus, if ideograms and classifiers are ordinary reproduced three times
identically, “dissimilation” refers to occurrences where these three signs are different. For example, if bAk.w, “servants”, is usually
followed by three men, in case of dissimilation, one of them can be replaced by a woman. In the same way, if mHy.t, “fish”,
habitually takes three identical fish, a dissimilated version will show three different species. This Ph.D Thesis aims to analyse in a
systematic way the process of “dissimilation graphique”, mostly found in hieroglyphic inscriptions of royal and private tombs, but
also in some hieratic documents. Through this study, the supposed reasons of dissimilation are exposed. Consequently, Egyptian
classification is newly enlightened. Moreover, in examining a great number of Old Kingdom texts, new analysis of the signs
functions are proposed to clarify some unclear elements of egyptological Linguistics.

 Powered by AllEvents