Territoires et sociétés de l’Antiquité et du Moyen Âge

Coordonné par Rosa Plana (PR, UPV), Sandrine Agusta-Boularot (PR, UPV)

Les approches régionales, privilégiées dans le précédent axe, seront enrichies grâce à une ouverture sur un espace géographique bien plus ample, celui de la Méditerranée Occidentale, et par le souci de croiser un large éventail de sources documentaires à notre disposition. Cet axe de recherche novateur permet à la fois de redécouvrir la ville et de donner une identité à un espace intermédiaire, la banlieue. Les fonctions qui lui sont attachées (économiques, résidentielles, funéraires, cultuelles, éventuellement portuaires ou défensives…) expriment cette ambivalence entre l’urbain et le rural, comme la polyvalence et l’originalité incontestable de cet espace.

 

 

Un projet sur l’espace périurbain en Méditerranée se nourrira des ressources documentaires propres de l’équipe ou plus largement du laboratoire (Nîmes, Aix-en-Provence ou Ullastret), mais demandera de recourir à des études de cas sur d’autres aires géographiques. Des aspects aussi déterminants que les espaces funéraires seront abordés de façon prioritaire. Les partenariats avec des historiens, littéraires et géographes seront renforcés, afin de favoriser l’élargissement indispensable des problématiques et l’élaboration de synthèses de plus en plus fines. On sollicitera les épigraphistes à partir du projet Narbonne mené dans le cadre de la série des Inscriptions latines de Narbonnaise.

Le constat du retard important pris pour la Gaule du Sud sur un sujet central comme les lieux de culte et l’étude des religions à l’époque romaine est à l’origine d’un nouveau projet d’action. On souhaite mettre en place un recensement des espaces cultuels, en développer les études architecturales et de matériels, favoriser le démarrage d’opérations de fouilles pour combler d’évidentes lacunes documentaires et entrainer une recherche dynamique autour de ces questions délaissées par la recherche méridionale.

Thème 1. Les espaces périurbains (R. Plana et H. Ménard)

  • Action 2.1. Définition et liens urbains et périurbains (R. Plana, H. Ménard)
  •  Action 2.2. Caractérisation des espaces funéraires périurbains (V. Bel, N. Nin)

Projet 2.2.1. Les ensembles funéraires de la route de Beaucaire à Nîmes (V. Bel)

Projet 2.2.2. Géographie funéraire à Nîmes (V. Bel et alii)

 

Thème 2. Lieux de culte de Gaule du Sud (fin IIe s. av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.) (S. Agusta-Boularot)

 

Thème 3. Inscriptions Latines de Narbonnaise (ILN Narbonne) (S. Agusta-Boularot)

Depuis la publication par Otto Hirschfeld, en 1888, du tome XII du Corpus Incriptionum Latinarum (CIL) et du supplément qu’Émile Espérandieu lui ajouta en 1929 (les ILGN : Inscriptions latines de la Gaule Narbonnaise, Paris, 1929), la documentation épigraphique de l’ancienne province romaine de Narbonnaise a largement évolué. Grâce aux fouilles et aux prospections, de nouvelles inscriptions ont été découvertes, tandis que des inscriptions que l’on croyait perdues du temps d’O. Hirschfeld ont pu être retrouvées et faire l’objet de nouvelles lectures et interprétations.

 

Créée par Jacques Gascou et Michel Janon, puis dirigée pendant des années par Jacques Gascou (CCJ, Aix-en-Provence), la collection des Inscriptions latines de Narbonnaise (ILN) s’est donné pour objectif de publier, cité par cité, toutes les inscriptions latines connues à ce jour (à l’exception des inscriptions chrétiennes et des textes de l’instrumentum), en les accompagnant systématiquement de photographies de qualité ou de dessins et en leur adjoignant un substantiel commentaire onomastique et historique.

La collection est désormais dirigée par Sandrine Agusta-Boularot : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La collection des Inscriptions Latines de Narbonnaise :

La collection des Inscriptions Latines de Narbonnaise, publiée par les éditions du CNRS dans les suppléments à Gallia, compte actuellement les volumes suivants :

  • Fréjus, par Jacques GASCOU et Michel JANON, (Supplément à Gallia, 44), Paris : CNRS éd., 1985. 207 inscriptions latines découvertes à Fréjus, colonie d’Octave-Auguste, et datées de 44 av. J.-C. à 69 ap. J.-C. Cette collection comporte aussi les inscriptions provenant du territoire de Fréjus au sens large, et des milliaires. Un index et des tables de concordance complètent cet ouvrage.
  • II, Antibes, Riez, Digne, par André CHASTAGNOL, (Supplément à Gallia, 44, 2), Paris : CNRS éd., 1992.
  • III, Aix-en-Provence , par Jacques GASCOU (Supplément à Gallia, 44, 3), Paris : CNRS éd., 1995. Ce volume contient une introduction où sont notamment examinés les problèmes relatifs aux origines d’Aquae Sextiae, à son statut, à ses institutions, ainsi qu’aux limites du territoire de la cité. Le recueil proprement dit – en tout 298 textes épigraphiques – présente les inscriptions de la ville d’Aix, puis celles du territoire, enfin les bornes-frontières qui marquaient les limites du territoire et les milliaires. Un index et des tables de concordance complètent cet ouvrage.
  • IV, Apt , par Jacques GASCOU, Philippe LEVEAU, Jérôme RIMBERT (Supplément à Gallia, 44, 4), Paris : CNRS éd., 1997. Ce volume contient une introduction où sont notamment examinés les problèmes relatifs aux origines d’Apta Iulia, à son statut, à ses institutions, ainsi qu’aux limites du territoire de la cité. Le recueil proprement dit – en tout 152 textes épigraphiques – présente les inscriptions de la ville d’Apt, puis celles du territoire, enfin les milliaires. Un index et des tables de concordance complètent le volume.
  • V, Vienne , 3 volumes, sous la dir. de Bernard REMY ; François BERTRANDY, François KAYSER, André PELLETIER [et alii], (Supplément à Gallia, 44, 5, n° 1, 2 et 3), Paris : CNRS éd., 2004-2005. Le nombre très important de documents (934 inscriptions) a conduit à diviser le tome V des ILN consacré à la cité de Vienne, en trois volumes.
    - 1  Le volume 1 contient une longue introduction générale où sont notamment examinés les problèmes relatifs aux limites de cette très vaste cité (13 000 km2), aux origines de la colonie de Vienne, à l’évolution de son statut, à ses institutions (municipales et locales), aux épitaphes et à l’histoire de l’épigraphie de la cité. Le recueil proprement dit présente d’abord les inscriptions de l’agglomération de Vienne, puis celles des rives gauche et droite du Rhône. Des indices détaillés et des tables de concordance complètent ce volume.
    - 2  Le volume 2 rassemble les inscriptions retrouvées dans le territoire entre Vienne et Grenoble, dans l’agglomération de Grenoble, dans les territoires situés entre Grenoble et les Ceutrons, entre Vienne et Aoste, et enfin dans l’agglomération d’Aoste. Des indices détaillés et des tables de concordance complètent le livre.
    - 3  Le volume 3 regroupe les textes découverts entre Aoste et le lac Léman, les inscriptions de Genève – ville et canton (rive gauche du lac Léman et du Rhône), quartier de Saint-Gervais –, ainsi que les bornes milliaires réparties sur l’ensemble du territoire de la cité de Vienne. Dans ce dernier volume, les indices et les tables de concordance concernent la totalité des inscriptions du corpus.
  • VI, Alba , Bernard RÉMY , Joëlle DUPRAZ , Pierre-Yves LAMBERT (dir.), (Supplément à Gallia, 44, 6), Paris : CNRS éd., 2011. Ce volume, consacré à la cité d’Alba (ILN, tome VI), comprend cent vingt et une inscriptions, dont trente-sept textes « officiels » (cinq en l’honneur des empereurs et trente-deux bornes milliaires). Il s’ouvre par une longue introduction où sont notamment examinés les problèmes relatifs aux limites du territoire de cette petite cité de l’Ardèche méridionale (environ 1 360 km²), à l’historique de la cité – de la conquête romaine à la fin du IIIe siècle –, aux institutions municipales, à la dénomination des habitants, aux épitaphes, aux matériaux utilisés pour les supports des inscriptions et à l’historique de l’épigraphie helvienne.
  • VII, Les Voconces - 1. Die , Bernard RÉMY , Henri DESAYE, (Supplément à Gallia, 44, 7), Paris : CNRS éd., 2012. Ce volume, consacré à la cité des Voconces de Die (ILN, tome VII-1), comprend deux cent quatre-vingts inscriptions (dédicaces aux dieux, épitaphes...). Il s’ouvre par une longue introduction où sont notamment examinés les problèmes relatifs aux limites du territoire de cette cité pourvue de deux capitales (situation inédite), aux rapports entre Voconces et Voconces septentrionaux, à la langue des inscriptions, à l’étude des supports épigraphiques, des voies et des milliaires, ainsi qu’à l’histoire de l’épigraphie voconce. Des indices très détaillés et des tables de concordance complètent le corpus.
  • VIII, Valence , Patrice FAURE , Nicolas TRAN, avec la collab. de Bernard REMY, (Supplément à Gallia, 44, 8), Paris : CNRS éd., 2013. Ce volume, consacré à la cité de Valence (ILN, tome VIII ), comprend quatre-vingt-cinq inscriptions provenant du territoire de l’ancienne colonie, qui s’étendait sur les deux rives du Rhône et sur une grande partie des actuels départements de la Drôme et de l’Ardèche. Les cinquante-six inscriptions découvertes à Valence illustrent la prééminence du centre urbain, mais l’épigraphie témoigne également du développement de la petite agglomération installée à Soyons, sur la rive droite du fleuve. Le corpus se compose de dédicaces aux divinités, d’hommages aux empereurs ou à de hauts personnages, de bornes milliaires et surtout de nombreuses épitaphes. Il est précédé d’une longue introduction où sont étudiées les limites du territoire et l’histoire de la cité, de la conquête romaine au IIIe siècle. Le réexamen des sources permet de formuler des hypothèses nouvelles sur le statut originel et sur la date de fondation de la colonie de Valence. Des discussions approfondies traitent des institutions municipales, de la société, de la présence de Lyonnais sur le territoire valentinois, des cultes, mais également de la provenance des textes, de la typologie des monuments inscrits et de l’historique des recherches épigraphiques. Des cartes, des tableaux, des indices très détaillés et des tables de concordance complètent ce recueil.

Le programme ILN-Narbonne (en cours)

Le projet ILN-Narbonne consiste dans la publication du 1er volume des inscriptions latines, soit 220 inscriptions environ, de la cité antique de Narbonne. Ce projet est mené à bien par le groupe de travail « ILN », mis en place et dirigé depuis huit ans au CCJ puis à ASM par S. Agusta-Boularot. Ce groupe réunit des épigraphistes, des historiens et des archéologues spécialistes de la Narbonnaise. Ce projet s’effectue en collaboration étroite avec les conservateurs du futur musée de Narbonne, un des rares en Europe à être centré sur les inscriptions antiques. Son ouverture en 2018 est l’occasion d’étudier à frais nouveaux les inscriptions, de les photographier, et de les publier dans la collection des ILN (Suppl. Gallia). Ce groupe de travail sert de séminaire de formation des doctorants en épigraphie.

Le groupe « ILN » comprend les chercheurs et doctorants suivants :

  • S. Agusta-Boularot (PR, Montpellier III et UMR 5140-ASM ; chercheur associée CCJ)
  • A. Berenger (PR, Montpellier III et EA CRISES)
  • M. L. Bonsangue (MCF, Université de Picardie et ANHIMA)
  • M. Christol (PR émérite, Paris I et ANHIMA)
  • C. Courrier (MCF, AMU-Aix et CCJ)
  • S.Estienne (MCF, ENS Paris)
  • J. Gascou (DR retraité, CCJ)
  • A. Lassalle (conservateur du musée archéologique de Narbonne, chercheur associé ASM)
  • S. Marcos (ATER, Univ. Voie domitienne-Perpignan)
  • N. Nin (Conservatrice en chef, Mission archéologie, Ville d’Aix-en-Provence, chercheur associée CCJ)
  • M.-J. Ouriachi (Université de Nice-Sophia-Antipolis et CEPAM)
  • C. Papin (conservatrice du musée archéologique de Narbonne)
  • J. Scheid (PR, Collège de France)
  • M.-Th. Raepsaet-Charlier (PR retraitée, Univ. Libre de Bruxelles ; représentante du comité de lecture de Gallia)
  • P. Simelon (Professeur du secondaire, retraité)
  • N. Tran (PR, Poitiers, IUF Junior et ANHIMA)
  • M.-S. Caruel (CD Université de Poitiers, dir. N. Tran)
  • A. Dazzi (docteure, archéologie et épigraphie)
  • J. Gendron (CD Labex Archimede, dir. A. Bérenger)M. Moisand (CD Labex Archimede, dir. S. Agusta-Boularot)
  • B. Lefebvre (CD Labex Archimede, dir. A. Bérenger)

 

Thème 4. ArchaEpigraph, étude d’épigraphie spatiale (C. Pellecuer, M.-J. Ouriachi, F. Favory, P. Garmy)

 

Thème 5. Le monument du Djebel Berouag (Tunisie) (S. Agusta-Boularot)