Dans le cadre du programme de recherche DYLITAG coordonné par B. Devillers et financé par le LABEX ARCHIMEDE (Université Montpellier 3), des chercheurs des laboratoires Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140) et Géosciences Montpellier (UMR 5243) ont publié dans la revue Global and Planetary Change une reconstruction des épisodes d’inondation fluviale au cours du dernier millénaire dans le Languedoc.

Résumé des recherches :
Les oscillations multi-centennales de l’activité fluviale dans les terres côtières du nord-ouest méditerranéen durant le dernier millénaire ont été étudiées à partir des sédiments déposés dans la lagune du Bagnas (Languedoc). La période investiguée met en évidence les changements fluviaux durant la transition de l’Optimum Climatique Médiéval au Petit Âge Glaciaire, qui correspond au dernier changement climatique rapide (RCC) de l’Holocène.

Une analyse en composantes principales des sources détritiques dans le bassin versant da la lagune du Bagnas et dans la plaine d’inondation du fleuve de l’Hérault a été réalisée dans la but de discriminer les apports marins et fluviatiles dans la lagune. Des analyses géochimiques des dépôts lagunaires du Bagnas ont été effectuées afin de déterminer les épisodes de forts apports fluviaux à l’intérieur de la lagune. Un indice géochimique a été calculé à partir des ratios élémentaires K/S et Rb/S. Les sources sédimentaires autour de l’étang du Bagnas et les séquences lacustres ou marines en Méditerranée nord-occidentale montrent de fortes concentrations en potassium et rubidium associées à des flux terrigènes d’origine fluviatile, tandis que les variations de la teneur en soufre sont représentatives dans la salinité des eaux dans la lagune. Par conséquent, les fortes valeurs de l’indice géochimique du Bagnas indiquent une augmentation de la dynamique fluviale et des crues dans le bassin versant et dans la plaine de l’Hérault.

L’indice géochimique révèlent trois principales périodes de crues vers 900-950, 1150-1550 et 1650-1800 CE. La comparaison avec les archives historiques en Languedoc et avec d’autres enregistrements sédimentaires en Espagne, en Italie et dans le sud de la France suggère une hausse générale des évènements de crue dans le Nord-Ouest de la Méditerranée lors du passage de l’Optimum Climatique Médiéval au Petit Âge Glaciaire. Cette évolution a été synchrone de la dernière phase de refroidissement climatique en Atlantique nord.

L’analyse paléobotanique (carpologie) et géochimique des paléopollutions métalliques (plomb) à partir des sédiments lagunaires a permis de distinguer le rôle respectif des activités anthropiques et des contraintes climatiques dans l’accentuation des flux hydriques et des phases majeures d’inondation. La variabilité de l’activité fluviale dans les basses terres côtières de la Méditerranée nord-occidentale durant le dernier changement climatique rapide holocène semble avoir été contrôlée principalement par des modifications dans la circulation océanique et atmosphérique.

Article :
DEGEAI, J.-P., DEVILLERS, B., BLANCHEMANCHE, P., DEZILEAU, L., OUESLATI, H., TILLIER, M., BOHBOT, H., 2017.

Fluvial response to the last Holocene rapid climate change in the Northwestern Mediterranean coastlands. Global and Planetary Change, 152, 176-186

Version en ligne :
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818117300528