Auteurs : Rudolf Alagich, Armelle Gardeisen, Natàlia Alonso, Nuria Rovira, Amy Bogaard

Journal of Archaeological Science 93, 2018, pp. 135-149

 

Résumé : Here we introduce the first integrated study of stable isotopes (carbon and nitrogen) of plant and faunal remains and functional weed ecology from Mediterranean France. Animal bones and charred crops and weeds are investigated from two archaeologically distinct residential areas from 5th century BCE Lattara, zones 1 and 27, during a period characterised by significant urban expansion in the region. Plant carbon and nitrogen isotope composition and functional weed ecology suggest some differences in growing conditions between crops found in the two zones, zone 27 being associated with more intensively cultivated crops than zone 1, where extensive cultivation, which can achieve much greater surplus, was dominant. These findings coincide with archaeological evidence of a ‘richer’ variety of material culture and foodstuffs in zone 1. Carbon and nitrogen isotopic values of animal bone collagen suggest that the main domesticates from both zones consumed a similar diet; however, rabbits exhibit a difference, with those from zone 1 having significantly higher δ15N, implying that the two zones sourced this species differently.

Lire l'article (via le portail sur ScienceDirect) :

https://doi.org/10.1016/j.jas.2018.03.006

 

 

Jeudi 12 avril 2018 de 20 h 30 à 22 h

Brasserie le Dôme – Montpellier
Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

L’archéologie est une discipline scientifique qui s’attache à reconstituer l’histoire de l’humanité, des origines à nos jours, à partir des vestiges matériels qui en ont subsisté. Elle est fondée sur l’étude des objets et des traces laissés dans le sol par les différentes occupations humaines (outils, ossements, poteries, armes, bijoux, vêtements, pièces de monnaie, empreintes, traces, peintures, bâtiments, infrastructures…).

L’archéologie est au carrefour des sciences et depuis les années 80, le généraliste a cédé la place au spécialiste. Aujourd’hui, les archéologues sont des scientifiques et des spécialistes pointus dans différents domaines : archéozoologie, archéogéographie, paléobotanique, paléométallurgie, carpologie, céramologie, archéologie funéraire…

Cette discipline scientifique fait désormais aussi appel à de nouvelles technologies telles que la détection par satellite, la photogrammétrie numérique ou les analyses paléogénétiques qui s’effectuent sur des molécules d’ADN ancien.

Ce débat sciences-société sera animé par :

  • Pierre Camps – Docteur en Physique et chimie de la terre – Directeur de recherche CNRS – Laboratoire Géosciences – Université de Montpellier
  • Armelle Gardeisen – Docteur en archéologie – Ingénieure de recherche CNRS – Laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM) – Université Paul Valéry
  • Isabelle Régen – Docteur en Egyptologie – Ingénieure de recherche CNRS – Laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM) – Université Paul Valéry

Page Facebook du Bar des sciences de MontpellierSite du Service Culture scientifique de l’Université de Montpellier

 

L'édition 2018 d'Escale à Sète accueillera cette année :

- Benoît Devillers pour une conférence sur DYLITAG le 27 mars à 15h00 sur l'évolution des paysages du littoral languedocien depuis la Préhistoire dans la session Les rivages du Golfe du Lion face au changement global.

- Marie-Pierre Jézegou pour une conférencele 29 mars à 17h00 sur Le patrimoine englouti : les épaves et la fréquentation du littoral du Grand Golfe de l'âge du Bronze au XIXe siècle dans la session Le réseau maritime du Grand Golfe.

Voir le programme complet sur le site Escale à Sète


Poitiers, du 3 au 7 septembre 2018

Pour la troisième année consécutive l’université de Poitiers, l’université Paul-Valéry de Montpellier et l’École française de Rome s’unissent pour organiser une formation doctorale intensive en épigraphie, placée sous le patronage du comité des Rencontres franco-italiennes sur l’épigraphie du monde romain. L’évènement permettra à une quinzaine d’étudiants inscrits dans des universités françaises et italiennes, sélectionnés sur dossier par les membres du comité, de bénéficier d’une formation de haut niveau inédite dans le paysage académique des deux pays.

Lire la suite : Appel à participation à un atelier de formation doctorale intensive en épigraphie

 

L'ADN ancien révèle l'impact du “phénomène campaniforme” sur les populations préhistoriques Européennes

 

Dans le cadre de la plus grande étude jamais conduite sur l'ADN ancien, une équipe internationale de chercheurs a révélé l’histoire complexe d’une des périodes déterminantes de la préhistoire européenne. L'étude est publiée cette semaine dans la revue Nature.

Il y a 4 700 à 4 400 ans, un nouveau style de céramique en forme de cloche s'est répandu à travers l'Europe occidentale et centrale. Depuis plus d'un siècle, les archéologues ont cherché à savoir si la diffusion des gobelets campaniformes représentait une migration massive de personnes ou était simplement due à la diffusion de nouvelles idées. « Le débat entre le pot et le peuple a été l'une des questions les plus importantes et les plus anciennes de l'archéologie », déclare Ian Armit, co-auteur de l'étude, un archéologue de l'Université de Bradford au Royaume-Uni.

Lire la suite : Paru dans la revue Nature