Les Gaulois embaumaient les têtes de leurs ennemis vaincus/The Gauls embalmed the heads of their defeated enemies - Alerte presse

Restes humains retrouvés sur le site de fouilles archéologiques du Cailar (Gard), France.
Human remains found at Le Cailar archeological excavation site (Gard), France
© Fouille Programmée Le Cailar-UMR5140-ASM

 

 

 

 

 

Des textes anciens décrivent que l'une des pratiques rituelles les plus impressionnantes des Celtes pendant l'âge du fer (800 avant J.-C. – fin du Ier siècle avant J.-C.) était de couper les têtes des ennemis tués au combat et de les embaumer pour les exposer devant les maisons des vainqueurs. Un site de fouilles archéologiques au Cailar, dans le sud de la France, a révélé un nombre considérable d'exemples de cette pratique. Des chercheurs du laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes (CNRS/Université Paul-Valéry Montpellier 3/Ministère de la Culture) et de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (CNRS/Université d’Avignon/Aix-Marseille Université/IRD) ont effectué des analyses chimiques sur des fragments de restes humains et animaux afin de vérifier s’ils avaient subi un traitement spécifique. Les résultats révèlent qu’une partie des échantillons analysés contiennent des biomarqueurs de résine de conifère et des molécules de composés aromatiques obtenus uniquement lorsqu’on chauffe à haute température de la résine d’arbres appartenant à la famille des pins. Il s’agit donc bien d’un traitement volontaire, correspondant à celui décrit dans les sources littéraires antiques. C’est la première fois que des analyses chimiques permettent de prouver que les Gaulois pratiquaient l’embaumement de certaines têtes durant l’âge du Fer. L’étude est publiée le 7 novembre 2018 dans la revue Journal of Archaeological Science.

 

Ancient texts describe how one of the most awe-inspiring ritual practices of the Celts during the Iron Age (800 BCE – late first century BCE) was to remove the heads of enemies killed in battle and embalm them, in order to display them before victors’ homes. An archeological excavation in Le Cailar, in Southern France, has revealed a considerable number of examples of this practice. Researchers from the laboratory Archéologie des sociétés méditerranéennes (CNRS/Université Paul-Valéry Montpellier 3/Ministère de la Culture) and l’Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (CNRS/Université d’Avignon/Aix-Marseille Université/IRD) conducted chemical analyses on fragments of human and animal remains, in order to verify whether they had undergone any particular treatment. The results revealed that a portion of the analyzed samples contain biomarkers of conifer resin, along with molecules of aromatic compounds that are obtained only when the resin of trees from the pine family is heated to a high temperature. It is therefore a voluntary treatment, and corresponds to the one described in ancient literary sources. This is the first time that chemical analysis has proven that the Gauls engaged in the practice of embalming certain heads during the Iron Age. The study will be published on November 7, 2018 in the Journal of Archaeological Science.

 

Le laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes est représenté au sein de l’équipe scientifique embarquée sur le N/O Marion Dufresne dans le cadre de la campagne EAGER MD214 (Extreme events Archived in marine GEological Records off Taiwan) qui se déroule du 6 au 26 juin 2018 à l’est et au sud de Taiwan en mer des Philippines et en mer de Chine. La campagne EAGER est rattachée au projet phare du Laboratoire International Associé (LIA) franco-taiwanais "From Deep Earth to Extreme Events" (D3E) entre le CNRS et le Ministry of Science and Technology in Taiwan (MoST). Le thème de recherche de cette campagne concerne l’identification et la chronologie des évènements extrêmes (paléotyphons, paléoséismes, paléotsunamis et paléoglissements sous-marins) ayant affecté Taiwan durant l'Holocène dans l'enregistrement sédimentaire marin profond. La plupart de ces évènements extrêmes sont enregistrés sous forme de dépôts de haute énergie (turbidites). Pour prélever ces séquences sédimentaires situées jusqu’à 5700 m de profondeur sous le niveau de la mer, il est prévu de réaliser durant la campagne EAGER une trentaine de carottages Calypso dont l’étude devrait permettre de distinguer certains évènements exceptionnels se produisant tous les millénaires, voire plus, et aussi de fournir une chronologie des séismes et typhons les plus importants sur au moins 10000 ans. Une telle étude intégrée entre des évènements extrêmes telluriques et météorologiques est un défi mais s'applique remarquablement à la situation de Taiwan. Cette étude devrait donc permettre de progresser non seulement sur une évaluation de l'aléa naturel mais aussi sur les interactions entre forçages tectoniques et climatiques.

Responsables de la campagne EAGER MD214 : N. Barbonneau, G. Ratzov, S.-K. Hsu

Pour en savoir plus :

http://universitesflottantes.iuem.cnrs.fr/

Contact ASM : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Exploitation des ressources et mise en valeur du territoire
au Ier millénaire de notre ère : Nouvelles méthodes en archéobotanique, archéométrie, modélisation.
Land use and exploitation of natural resources in the 1st millennium AD - New methods in archaeobotany, archaeometry and modelling.

Durant cette Summer School, une quarantaine de chercheurs et jeunes chercheurs  issus du bassin méditerranéen (Croatie, Slovénie, Italie, France, Espagne, Algérie)  présenteront leurs travaux mobilisant des approches pluridisciplinaires en archéologie et en environnement,  avec la volonté de favoriser les échanges scientifiques et d’ouvrir à de nouvelles collaborations.

Cette école d'été s'appuie sur deux conventions signées en 2018 par l’université d’Aix-Marseille avec le musée de PorečZavičajni muzej Poreštine et l'Institut d’archéologie Institut za arheologiju.
Elle participe à l'action des programmes ISTRIE et LORON appuyés par le CCJ, le MEAE et l’Ecole française de Rome - partenaires de la Summer School.
Elle concrétise  le partenariat entre deux Labex - LabexMed d'Aix-Marseille université et Labex Archimède - université Paul Valery Montpellier 3, ainsi que les UMR associées Centre Camille Jullian et Archéologie des Sociétés Méditerranéennes.

Télécharger le programme et les résumésTélécharger le programme et les résumés